Pour répondre à la demande mondiale en huile de palme (utilisée pour les agro-carburants, les cosmétiques et l'alimentation) l'Indonésie veut étendre les plantations de palmiers de 7 millions d'hectares aujourd'hui à 20 millions en 2020. Soit l'équivalent d'un tiers de la superficie de la France.
Selon l'ONU, dès 2012, la forêt indonésienne sera «sévèrement dégradée» à Sumatra, à Bornéo, en Papouasie… Le tigre et l'orang-outang sont menacés.
Jakarta jure que «la forêt ne sera pas sacrifiée» et parle de «développement durable». Mais notre enquête le démontre : corruption et appât du gain aidant, la forêt agonise.